Le gommage est un moyen idéal pour libérer en douceur l’épiderme des squames, phénomène naturel de la mort des cellules superficielles. Il ravive le teint et redonne éclat à la peau du visage et du corps. Beaucoup de produits de gommage conventionnels contiennent par contre des composants qui représentent un risque pour l’environnement et donc par définition également pour l’homme. Personne ne devrait utiliser ce genre de produits, car on peut tout à fait obtenir un effet gommage avec des composants purement naturels, sans aucun ingrédient de synthèse problématique.

 

Du Polyéthylène dans les gommages : des effets désastreux pour l’environnement

Pour les produits de gommage se pose la question de savoir quels composants sont utilisés pour obtenir l’effet de gommage. Comme le montre la première catégorie de produits conventionnels, beaucoup contiennent très souvent du Polyéthylène. C’est un composant chimique de particules de plastique micronisées, qui produisent l’effet de gommage mécanique. Lors du rinçage, ces petites particules se retrouvent dans l’environnement et produisent des dégâts considérables.

  • L’institut allemand de protection de l’environnement explique pourquoi les microparticules ne sont pas seulement problématiques pour l’environnement et les animaux : «elles ont la capacité de fixer des composants toxiques persistants qui se trouvent déjà dans la mer, comme par exemple des substances interdites ; l’insecticide lindane ou le pesticide DDT, toujours présents dans le milieu marin. Cette particularité peut entraîner une accumulation de polluants dans la chaîne alimentaire et posera problème pour l’alimentation de l’homme, à travers la consommation de poissons et de fruits de mer. »
  • Vous trouverez plus d’information à ce sujet ici : www.laveritesurlescosmetiques.com/themen2013_14.php

Un bon gommage a un triple bénéfice

1. Il enlève les peaux mortes de la couche cornée superficielle.
2. Il stimule la circulation sanguine.
3. Il prépare le terrain pour une meilleure pénétration des matières actives.

Ce dont il faut tenir compte : notre peau est une barrière qui protège le corps dans son ensemble. Il faudra donc veiller à ne la «traiter» qu’avec des moyens doux. Des gommages ou peelings trop abrasifs ne lui conviennent pas du tout.

  • Un gommage ne devrait pas être utilisé trop fréquemment, surtout sur des peaux sensibles et sèches.
  • La peau, -surtout celle du visage-, peut réagir par des irritations, si le gommage est trop souvent utilisé. Des rougeurs, des boutons ou une peau très sèche sont des indices qui montrent que l’on devrait se passer de gommages.

Séparer les étapes de nettoyage et du gommage de la peau : Si vous utilisez un produit nettoyant gommant au quotidien, la peau est sollicitée à deux reprises : par le nettoyage et ensuite le gommage. Il serait préférable d’utiliser un produit nettoyant adapté et de compléter par un gommage occasionnel (environ une fois par semaine, voire une fois par mois pour une peau plus sèche), même pour une peau à problèmes.

  • La même chose vaut pour les gels douches – peelings. Le corps ne devrait pas non plus être «maltraité» quotidiennement par des particules exfoliantes. 

Des composants chimiques problématiques dans les produits exfoliants

Parmi les composants de synthèse problématiques contenus dans les gommages ne se trouvent pas seulement les Polyéthylènes ou les Acrylates.

  • Ils peuvent aussi contenir des ingrédients parfumants problématiques pour la peau et la santé ou des bases lavantes irritantes.
  • Très souvent, on trouve dans les produits de gommage également des conservateurs de synthèse très contestés, comme par exemple des libérateurs de formaldéhyde. Les gommages conventionnels contiennent souvent des composants extrêmement polluants comme du Polyéthylène et des tensioactifs très irritants. Habituellement, il s’agit du tensioactif Sodium Laureth Sulfate.
  • Il existe néanmoins des alternatives «sûres».  Dans les produits de cosmétique naturelle et bio, on trouve essentiellement des substances exfoliantes naturelles, comme par exemple des particules minérales. Les formulations des produits de cosmétique naturelle et bio ne contiennent pas de matières premières polluantes et sont exemptes de conservateurs de synthèse problématiques pour la santé. Par exemple des conservateurs susceptibles de libérer du formaldehyde ou d’agir en tant que perturbateurs endocriniens, comme c’est le cas pour les parabènes.

 

source : laveritesurlescosmetiques.com